Voir tous les articles

Les jouets ont-ils un sexe?

Écrit par  Marie-Ève Desforges
Évaluez cet article
(3 votes)

Avec le temps des Fêtes qui approche, j'ai eu envie de vous partager trois de mes passions soit ; les enfants, la sexologie et les cadeaux de Noël. Quel lien peut bien exister entre ces trois sujets? Choisir un cadeau pour un enfant n'est pas toujours une mince affaire. La valeur éducative d'un jeu ou d'un jouet que l'on offre à un enfant est toujours un facteur important à considérer. Par contre, on oublie souvent l'influence du jouet sur le développement de son identité de genre.

Tout d'abord, qu'est-ce que l'identité de genre? On l'appelle identité de genre, identité sexuée ou identité sexuelle, le sexe d'un individu reconnu par la société. Donc, l'identité de genre est plus que le sexe anatomique d'un individu. Elle est influencée par les structures sociales, l'appartenance à une culture, le statut social, la situation professionnelle, l'éducation et la famille. Elle est régie par des normes sociales liées au sexe comme les vêtements, la coiffure, etc. L'identité de genre d'un individu commence à se développer autour de l'âge de deux et trois ans.

L'identité de genre se développe en plusieurs étapes. Au début, vers un et deux ans, l'enfant prend conscience des différences entre les sexes. Autour de deux et trois ans, l'enfant identifie et distingue les sexes de façon certaine. Ensuite, l'enfant d'environ trois à cinq ans comprend que le genre d'une personne reste le même toute sa vie. À partir de cinq et six ans, il est maintenant convaincu de son genre et comprend qu'il le conservera, peu importe les changements physiques extérieurs qu'il pourrait vivre. Par la suite, il développe des stéréotypes aux environs de sept ans. Ces stéréotypes proviennent des observations et de la perception qu'a l'enfant des différences entre les sexes. Finalement, vers onze et douze ans, l'enfant intériorise son identité sexuelle. Il ne fait plus que constater qu'il est un garçon ou qu'elle est une fille, mais il l'est et le sent.

En consultant le guide annuel des jouets 2010 de la revue Protégez-Vous (novembre 2009), en collaboration avec Option consommateurs, on constate assez rapidement divers stéréotypes. Les jouets sont divisés selon les tranches d'âges appropriées. On peut faire le lien avec les différents stades du développement de l'identité de genre chez l'enfant. Les jouets qui s'adressent aux enfants de un et deux ans sont plus neutres, on retrouve beaucoup de couleurs primaires, d'animaux, etc. À partir de trois ans, on remarque certaines différences. Par exemple, l'ensemble de pâtes à modeler Tutti Frutti, permettant à l'enfant d'assembler deux figurines, se vend en deux thèmes : un jardin pousse-fleurs (composé de fleurs, d'un petit lapin et de nombreux éléments mauves et turquoises) et les trésors de la pieuvre qui se distingue par des couleurs plus neutres (beige, jaune, rouge vif). On note assez facilement que chacun de ces ensembles s'adresse à un sexe plutôt que l'autre.

Pour les cinq ans et plus, il y a les célèbres blocs Lego, mais cette fois-ci, les blocs et la boîte sont roses et l'ensemble permet de construire des figurines, un chien, une maison... Comme les blocs Lego intéressent, en général, plus souvent les garçons que les filles, voilà un moyen qu'a trouvé le fabriquant de capter l'attention de ces dernières. Est-il bien nécessaire de créer des blocs roses pour inciter les filles à y jouer ? Probablement pas, mais il semble que cette attention ait été appréciée par les fillettes qui les ont testés. Le même genre d'initiative a été pris par Jeux Bloco, des jeux de construction en plastique et en mousse, qui offre généralement des boîtes de jeux principalement en rouge ou en noir, incluant des centaures, trolls, dragons, oiseaux de proie, etc. La compagnie propose donc aux petites filles un jeu de construction, présenté dans une boîte rose, qui leur permet d'assembler une pouliche, un cheval et une licorne.

Ensuite, les thèmes des jouets proposés aux enfants sont assez différents selon le public auquel ils s'adressent. Le jeu Cherche et trouve, présenté par W2, pour les 4 à 8 ans, offre le jeu en plusieurs variations, soit dans la jungle, dans l'univers des princesses et dans l'univers des pirates. Dans le même ordre d'idée, Tag propose plusieurs livres interactifs dont Les aventures d'Ariel avec la célèbre princesse et Une belle journée pour rugir avec des dinosaures. Ici aussi, on peut naturellement penser que les princesses susciteront probablement l'intérêt des fillettes et les pirates ainsi que les dinosaures attireront davantage l'intérêt des garçons.

En continuant de feuilleter la revue, je constate que les jeux sont moins stéréotypés dans les catégories des dix ans et plus, adolescents et adultes. On peut aussi faire le lien avec les stades de développement de l'identité de genre. Comme c'est vers onze ans et plus que l'on ressent et vit notre identité de genre, les jeux qui nous intéressent deviennent plus neutres.

Il est normal que les enfants s'intéressent davantage à des jeux qui sont associés à leur sexe. Cette étape fait partie du développement de l'enfant. Il ne faut pas s'exaspérer devant notre fillette qui meurt d'envie d'avoir tout ce qui est rose ou devant notre garçon qui désire tout ce qui est robuste et qui roule. Bien sûr, ce ne sont pas tous les enfants qui auront que des intérêts répondant aux stéréotypes de notre société. Les filles peuvent jouer sans problème avec des jouets qui sont plus associés aux garçons et vice-versa. La différence entre les hommes et les femmes est importante. Cette complémentarité est, selon moi, ce qui fait la force des relations hommes femmes. Sur ce, bon magasinage des Fêtes !

Marie-Ève Desforges

Marie-Ève Desforges

Coordonnatrice provinciale à Seréna Québec

Sexologue bachelière

Laissez un commentaire

Assurez vous de fournir l'information requise (*) là où indiqué.

 
Création du site Web Web Design Montreal