Error
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 70
Voir tous les articles
Friday, 03 February 2012 19:03

Voyage originel

Rate this item
(0 votes)

Je suis bien, blotti dans cette chaleur. J'entends des bruits sourds. Je viens de dire adieu aux anges pour un nouveau voyage. Je ne sais pas ce qui m'attend. Pour l'instant, je suis si bien ici. Un nouveau paradis. Je ne voudrais pas que ce moment se termine. Je nage et fais des cabrioles. Je baigne littéralement dans le bonheur. Je sens son amour, sa bienveillance, sa chaleur lorsqu'elle caresse mon nid douillet, tout doucement. Ici, je ne peux rien dire, je ne peux rien voir, mes sens sont en veille. Mais j'entends ces bruits au dehors qui m'attirent et m'effraient tout à la fois. J'entends souvent sa voix lorsqu'elle me parle...


Je sens que l'heure approche, ma maison est secouée de soubresauts. Et je suis maintenant très à l'étroit ici. Quelque chose me pousse petit à petit au dehors. J'ai si peur de quitter mon cocon. Mais je dois me mettre en position, la tête à l'envers. Dans l'eau, je ne sens pas la gravité. De petites douleurs, comme des pulsassions électriques me secouent un peu et font vibrer ma baignade. J'ai peur, mais sa présence me rassure : je vais pouvoir la rejoindre enfin. Même si nous sommes si fusionnels ainsi. Je pourrai la voir, la toucher et la sentir. Mes sens sont à l'éveil, prêts à être stimulés et comblés.

Le grand jour est arrivé. Je me sens pressé comme un citron, contracté de tous côtés. Cela vient par vagues. J'ai mal, il faut que je sorte, je suis très inconfortable. Je l'entends qui crie. C'est si douloureux! Je veux crier avec elle, mais je ne peux, je ne sais comment. D'autres voix s'ajoutent au brouhaha du dehors. Elles ne me sont pas familières et me font peur. Mais je dois y aller.

Cela a duré des heures, mon cocon n'était plus du tout confortable, sec, j'étouffais, je ne nageais plus dans l'eau. Et une lumière m'éclairait le passage. Comme une lueur au bout d'un tunnel sans fin. Ma tête est descendue plus bas, tandis que les cris et les bruits dehors se faisaient plus pressants, plus oppressants. Le reste de mon petit corps suivait tant bien que mal. Je me sentais comprimé, comme dans un étau, je pensais que c'en était fini pour moi. J'ai eu soudainement très peur. Puis quelqu'un m'a agrippé la tête et au bout d'un court laps de temps, j'étais enfin délivré.

Pour la première fois, j'ai hurlé à plein poumons et cela m'a fait un bien fou. De l'air! J'en ai pris une grande bouffée.

Il fait si froid!

Les bruits ici sont plus nets. Quel vacarme pour mes oreilles sensibles.

Mes yeux sont aveuglés par tant de clarté. Je vois des ombres et des taches de lumière. Qui sont ces gens? J'ai promené mon regard flou et englué d'eau. Puis enfin je l'ai vue, l'ai reconnue. Son visage près du mien. Me caressant. Peau contre peau. Comme c'est doux! Comme c'est chaud! Elle m'a souri, m'a mouillé de ses larmes. Imprégné et entouré de son odeur, j'étais de nouveau bien. De nouveau au paradis.

Par une mère en devenir... pour la troisième fois


Leave a comment

Assurez vous de fournir l'information requise (*) là où indiqué.

 
Création du site Web Web Design Montreal