Found

The document has moved here.


Apache/2.2.3 (CentOS) Server at eq2village.org Port 80
3 règles d'or de mère en fille
Voir tous les articles
Mercredi, 17 Juillet 2013 17:56

3 règles d'or de mère en fille

Évaluez cet article
(0 votes)

On ne naît pas femme, on le devient? Simone de Beauvoir ne croyait pas si bien dire puisque sa célèbre maxime est encore vraie à notre époque : dans un monde toujours marqué par une empreinte masculine, de performance et de compétition, dirigé en grande partie par des hommes, il n’est pas simple de transmettre, puis de valoriser la féminité. Ces trois règles d’or peuvent tout de même aider la jeune fille dans cet apprentissage de son essence.


1- Aime ton corps

Le corps est l’habitat de notre esprit, la manifestation physique de notre être. C’est à la fois une usine incroyable, existant bien avant notre premier souffle, in utéro. Elle nous procure sensations, émotions, nous permet d’accomplir nos désirs, nous met en relation avec le monde extérieur et reflète notre identité.

Le corps féminin a une fonction encore plus miraculeuse puisqu’il est programmé pour abriter, puis donner la vie et la nourrir. La nature a donc pensé le corps féminin en termes de courbes et de rondeurs, modelé de façon à renfermer une réserve d’énergie suffisante pour la gestation et la maternité, ce qui ne correspond pas aux canons de beauté féminine véhiculés dans les médias. Ces modèles et critères de beauté erronés vont à l’encontre de ce qu’est véritablement un corps de femme. Cette comparaison fait vivre à la femme un sentiment d’échec de soi-même et un manque d’estime, un coup porté à sa féminité qu’elle réprime de plus belle.

C’est pourquoi il faut prendre soin de cet ami qu’est le corps, le respecter, l’aimer tel qu’il est et l’honorer. Cette relation à soi nous permet d’exprimer notre relation aux autres. S’aimer soi-même, puis les autres.

Le bichonner, c’est bien l’alimenter, le mettre en valeur, le faire bouger, cultiver le désir d’incarner son corps féminin, et cesser de le dénigrer, car il se nourrit également de nos pensées et imprime les événements heureux ou malheureux de notre vie. Enfin, apprécier son corps quel qu’en soit la taille, la forme et le poids, le connaître, procure confiance et force afin de mieux communiquer ses besoins, ses limites et ses désirs.

2- Accueille ta féminité

La transmission de la féminité se fait à l’arrivée des premières menstruations. Chaque jeune fille doit être initiée et préparée à cet événement qui rend Femme depuis la nuit des temps. C’est le moment où elle prend pleinement conscience de son identité sexuelle féminine, de son essence. Si elle est préparée, la jeune fille vivra beaucoup mieux l’expérience et acceptera mieux sa féminité. En grandissant, elle garde l’empreinte du vécu de cette période où le cycle se met en place et s’imprègne des émotions véhiculées autour d’elle. C’est pourquoi il faut faire de ce passage un événement positif et non contraignant.

Autrefois, et encore à notre époque dans certaines traditions, les jeunes filles étaient initiées par leur aînées aux secrets de leur corps et de leur féminité. Ces cercles de femmes étaient interdits aux hommes. Aujourd’hui, même si l’importance de cette transmission intergénérationnelle mère-fille est minimisée, ces rencontres de femmes dans l’intimité ont toujours lieu à travers les « tentes rouges ».

Les règles apparaissent généralement entre 8 et 15 ans. Afin de démystifier ce moment, il faut révéler de l’information claire sur les menstruations et non attendre que la jeune fille l’apprenne de façon erronée ailleurs. Selon l’âge, on peut lui dire par exemple que c’est une étape normale de la vie des femmes, que cela signifie qu’elle peut devenir enceinte. Au début le flux peut être irrégulier et léger mais finira par suivre un cycle. Parfois ce cycle s’accompagne de symptômes divers qui varient d’une femme à l’autre. Pour le pratico-pratique, elle aura besoin de savoir comment utiliser tampons, serviettes ou coupes menstruelles. Enfin, pour les plus vieilles, il est intéressant d’expliquer la biologie des menstruations.

3- Prends ta fertilité en main

L’un des outils d’apprentissage de la féminité est justement la connaissance du cycle féminin et de ses fluctuations, de ses périodes infertiles et de sa fertilité. L’auto-observation du cycle guidera la jeune fille vers l’assurance et la confiance dans sa féminité. De quoi acquérir une autonomie face à son cycle, face à son corps mais aussi une meilleure estime d’elle-même qui passe par la connaissance et l’exploration de son corps. C’est une connaissance qui l’accompagne tout au long de sa vie de femme, de la puberté à la ménopause et pendant la maternité.

Dans son livre Le sang de la lune, l’auteure Andrée Hamelin va plus loin. Selon elle, pour plusieurs raisons d’ordre physiologique mais aussi social, les organes sexuels féminins sont trop peu connus, voire occultés et les femmes ignorent tout de leur propre anatomie féminine (vagin, clitoris, utérus,…). Elles n’y ont pas accès et ne peuvent l’intégrer à leur image corporelle globale au moment charnière de leurs premières règles. Les douleurs menstruelles seraient donc une réponse de ces organes afin de manifester leur présence.

Pour la femme, être consciente de toute sa physionomie féminine, c’est rester centrée sur soi, sur sa nature profonde. Ce qui lui permet d’évaluer sa propre valeur personnelle et non se laisser définir et juger par le regard des autres.

Enfin, c’est vivre selon ses désirs, même les plus enfouis…

Laissez un commentaire

Assurez vous de fournir l'information requise (*) là où indiqué.

 
Création du site Web Web Design Montreal