Found

The document has moved here.


Apache/2.2.3 (CentOS) Server at eq2village.org Port 80
Protéger sa fertilité
Voir tous les articles
Mercredi, 09 Avril 2014 16:16

Protéger sa fertilité

Écrit par  Marie-Hélène Viau

Les technologies et l’industrialisation ont permis d’améliorer beaucoup notre qualité de vie, mais à quel prix?

Des substances nocives infiltrent chaque jour nos corps et menacent maintenant notre capacité reproductive. Les plus grands coupables : les perturbateurs endocriniens qui provoquent des désordres hormonaux. Dans l’eau, dans l’air et dans notre alimentation, ces polluants se retrouvent un peu partout dans nos maisons, dans une multitude de produits de consommation courante que l’on oserait soupçonner.

Comment les éviter?

Protéger sa fertilitéDepuis les années 90, les pays industrialisés constatent une réelle diminution de la fertilité chez l’homme et la femme. En plus des facteurs liés au mode de vie (stress, alcool, drogues, poids, etc.), des études  avancent  une sérieuse mise en garde envers les facteurs toxiques, d’autant plus que leurs impacts sur la fécondité naturelle peuvent être transgénérationnels.

On parle dorénavant  de « reprotoxicité » pour regrouper  les milliers de  substances chimiques dans notre vie domestique qui peuvent porter atteinte à la santé reproductive, et ce, même à des concentrations très faibles. Ils se nomment phtalates, parabènes, plomb, résorcinol, téflon, ignifuges bromés, bisphénol A, additifs alimentaires BHT et BHA, alkylphénols… Leur règlementation demeure inadéquate, d’où l’importance d’être vigilant.

La surexposition quotidienne

Nous vivons dans des univers débordant de matière plastique, d’appareils électroniques et de produits traités. Leurs composés nocifs s’échappent et migrent bien plus facilement que l’on ne peut penser. Le simple toucher, l’usure normale et la chaleur participent  à leur émanation et à notre contamination. Nous en rajoutons en les nettoyant avec d’autres produits toxiques.  Et nous entretenons même notre corps par des produits qui troublent aussi notre système hormonal.

Ils entrent dans l’organisme subtilement par l’air que l’on respire et qui transporte des poussières et des vapeurs de ces substances toxiques. Simplement en portant la main à la bouche, des résidus d’objets fabriqués avec ces polluants sont ingérés. Les cellules de la peau les absorbent facilement avant de les transmettre au sang.

Le grand désordre hormonal

Comment les perturbateurs endocriniens agissent-ils sur la fertilité? Ils imitent les hormones naturelles, empêchent celles-ci de communiquer leurs messages aux cellules, causent des dommages irréversibles aux cellules lors de la formation des embryons, interfèrent dans la régulation du taux d’hormones et nuisent à leur élimination naturelle.

Par exemple, des données scientifiques démontrent que le Bisphénol A contribuerait à la diminution en quantité et en qualité des spermatozoïdes chez l’homme. Il serait également responsable de certaines fausses couches. Tandis que les phtalates contribueraient à des malformations d’organes génitaux.

Par où commencer?

Tout ce que l’on fait entrer dans notre maison est à surveiller. La question première : en quoi est-ce fabriqué? Ensuite, en ai-je vraiment besoin? Y a-t-il une alternative plus saine? Finalement, on passe à l’action.

Bien que la situation soit préoccupante, il ne faut surtout pas se décourager. Mieux vaut commencer par des petits gestes que de ne rien faire du tout…


Sources

1.     Decline in semen concentration and morphology in a sample of 26 609 men close to general population between 1989 and 2005 in France. M. Rolland, J. Le Moal, V. Wagner, D. Royère  and  J. De Mouzon. Oxford University Press on behalf of the European Society of Human Reproduction and Embryology, 2012.

2.     Sugiura-Ogasawara M., Ozaki Y., Sonta S., Makino T., Suzumori K., (2005) Exposure to bisphenol A is associated with recurrent miscarriage. Hum Reprod 20: 2325–2329.

3.     L'infertilite du couple est elle liée aux modes de vie et l'environnement? Dr Silvia Alvarez, Gyneco-on-line

4.     Serum unconjugated bisphenol A concentrations in women may adversely influence oocyte quality during in vitro fertilization.  Fertility and Sterility, Volume 95, Issue 5, Pages 1816-1819, April 2011,

5.     Réseau Environnement Sante, guide Notre environnement c'est notre santé

6.     Réseau des femmes en environnement, site Sabotage hormonal   

7.     La Fondation David Suzuki 




Laissez un commentaire

Assurez vous de fournir l'information requise (*) là où indiqué.

 
Création du site Web Web Design Montreal