Found

The document has moved here.


Apache/2.2.3 (CentOS) Server at eq2village.org Port 80
À propos du cycle féminin

À propos du cycle féminin

La fertilité d’une femme est cyclique. Durant le cycle menstruel, il y a des moments où la femme est naturellement fertile et d’autres où elle est naturellement infertile.

Dominés par les deux hormones ovariennes (l’œstrogène et la progestérone), les cycles se succèdent tout au long de la vie fertile de la femme, soit sur une période d’environ quarante ans.

Un cycle dure plus ou moins quatre semaines et se divise en trois phases :

Phase pré-ovulatoire:

Le premier jour des menstruations compte comme le premier jour du cycle et marque le début de la partie pré-ovulatoire du cycle.

Dans cette première partie du cycle, le corps de la femme se prépare à l’ovulation. Les conditions favorables à la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde se mettent en place. Sous l’effet d'hormones qui viennent du cerveau, progressivement, des ovules mûrissent dans les ovaires, les oestrogènes sont sécrétés en quantité grandissante, la paroi utérine épaissit et le col de l’utérus se prépare à accueillir les spermatozoïdes.

La durée de cette phase est variable : l’ovulation peut se produire plus tôt ou plus tard (voir le schéma suivant), selon chaque femme et sous l’influence d’éléments extérieurs (stress, saison, émotions, maladie, alimentation, etc.). C'est la variation de cette phase qui détermine la longueur du cycle.

Phase ovulatoire:

L’ovulation est la libération de l’ovule mature. Lorsque le taux d’œstrogène atteint son sommet, le cerveau libère une hormone qui provoque la sortie de l'ovule dans la trompe qui s'est approchée pour le recueillir.

L’ovule vit un maximum de 24 heures (en moyenne de 8 à 12 heures). Exceptionnellement, deux ovulations peuvent se produire dans le même cycle, mais on n'en a jamais observées à plus de 24 heures d'intervalle chez la femme. Si les ovules sont fécondés, ce sera par des spermatozoïdes distincts et naîtront des jumeaux non identiques.

Phase post-ovulatoire:

L’ovulation enclenche la dernière partie du cycle, soit la phase post-ovulatoire.

Maintenant, le corps entre en mode de protection d’un possible ovule fécondé. L’ovaire ajoute aux œstrogènes une nouvelle hormone, la progestérone, qui dominera la phase post-ovulatoire. Sous l’effet de cette dernière, le col de l’utérus se resserre et sa glaire forme une sorte de bouchon protégeant l’entrée contre les éléments extérieurs. La muqueuse à l’intérieur de l’utérus se transforme pour être plus accueillante.

Les 12 à 16 jours suivant l’ovulation, deux scénarios sont possibles :

La progestérone augmente pendant une semaine et, si le cerveau reçoit des signes de la présence d’un embryon, le système de protection se renforcera pour accueillir cet embryon.

Ou encore la progestérone augmente pendant une semaine et, s’il n’y a pas eu d’ovule fécondé, elle diminuera au cours de la semaine suivante. Dans ce cas, la muqueuse utérine se liquéfie et s’écoulera avec les prochaines menstruations.

Le dernier jour du cycle menstruel est le jour qui précède le début des menstruations.

Auto-observation du cycle

La méthode sympto-thermique permet de déterminer le début et la fin de chacune de ces phases.

Au fur et à mesure que les hormones changent, différentes caractéristiques du corps de la femme se transforment également. Grâce à l’auto-observation de ces caractéristiques, la femme peut connaître son cycle. L’observation des signes externes de l’évolution du cycle est la base de la planification naturelle des naissances.

Retour en haut