Found

The document has moved here.


Apache/2.2.3 (CentOS) Server at eq2village.org Port 80
Favoriser vos chances de conception

Favoriser vos chances de conception

Ça y est! Vous avez pris la plus grande et belle décision de votre vie de couple : construire ensemble un tout nouveau projet, celui de donner vie à un petit être à votre image et devenir parent. Mais avant de vous lancer dans l’aventure, il faut être certain de mettre toutes les chances de votre côté. Bien planifier la grossesse passe par quelques étapes préalables.

1- Adopter une saine hygiène de vie

Pour un bébé et une maman en santé, il faut adopter dès l’esquisse du projet de conception une bonne hygiène de vie. Cela influence la fertilité et le bon déroulement d’une grossesse. Peu de futurs parents savent que même quatre mois avant la conception, leur mode de vie peut jouer sur la fertilité et sur la santé du bébé. Les gamètes mâles (cellules sexuelles) commencent en effet leurs genèses trois mois avant leur maturation. Un conseil donc valable autant pour Monsieur que pour Madame.

Une bonne forme physique rendra la grossesse et l'accouchement plus faciles. Mais l’excès nuit en tout, et trop d’exercice nuira à la conception, surtout si vous n'en avez jamais fait avant de planifier votre grossesse. De plus, prendre le temps pour des étirements, des périodes de détente et des exercices de respiration vous préparera adéquatement en plus de permettre l'irrigation sanguine du placenta.

Entre le moment où les deux partenaires décident de faire un bébé et celui où leurs efforts sont couronnés de succès, l’attente peut être longue. Pourquoi ne pas mettre à profit ce moment pour préparer le terrain? Si bien manger durant neuf mois est essentiel à la santé de maman et bébé, l’alimentation avant la grossesse l’est d’autant plus. Le fœtus va puiser dans les réserves de la mère l'énergie et les nutriments nécessaires à son développement, ce dès ses premiers jours de vie intra-utérine. C’est pourquoi vitamines, fer et iodes devraient accompagner les repas de la future maman avant de tomber enceinte.

La grossesse est une bonne occasion pour cesser de fumer. Le tabac est en effet responsable de fausses couches, saignement, naissance prématurée et faible poids du nouveau-né de même que l’accoutumance pour le bébé à la naissance.

Il en va de même pour la bière et les bons vins qui pourraient causer de nombreux problèmes, dont le retard de croissance, des malformations pour le fœtus. Le futur papa est tout aussi concerné puisque la prise d’alcool même avant la conception peut affecter la production des spermatozoïdes qui peuvent être en mauvais état, ce qui peut entraîner une fausse-couche.

Enfin, toute forme de pollution est nocive pour les femmes enceintes : la future maman devrait éviter de manipuler les produits chimiques, les solvants, les détachants, la peinture, la teinture, les pesticides, etc. De la même façon, elle doit se garder de changer la litière de minou pour ne pas attraper la toxoplasmose.

2- Mettre le temps de notre côté

La fertilité au fil des âges

L’âge influence la fertilité autant chez la femme que chez son partenaire. C’est à 20 ans que la femme est le plus fertile. À 30 ans, sa fertilité commence à diminuer, et à partir de 35 ans, cette baisse s’accentue d’année en année. Ainsi, une femme de 25 ans a 1 chance sur 4 de concevoir. À 35 ans ces chances diminuent de moitié et au-delà de 40 ans, les femmes n’ont plus qu’une chance sur 12 de tomber enceintes. Même si sa fertilité diminue avec les années, l’homme quant à lui reste potentiellement fertile toute sa vie contrairement à la femme. La petite fille vient en effet au monde avec un nombre limité d’ovules et elle n’en fabrique pas de nouveaux à mesure qu’elle vieillit.

Le bon « timing »

À l’inverse, une femme de 18 ans ou moins a plus de probabilités d’avoir une grossesse à risque qu’une femme dans la vingtaine par exemple. Pour vivre une grossesse saine et un accouchement à moindre risque, il faut donc respecter le bon « timing ». En effet, plusieurs études le démontrent : une grossesse trop rapprochée d’une naissance précédente, d’une fausse couche ou d’un avortement expose également la mère et le nouveau-né à un risque élevé de complications, parfois fatales. L’Organisation mondiale de la santé recommande donc d’attendre au moins 24 mois après une naissance vivante au risque d’un retard de croissance pour les jeunes enfants. Après une fausse-couche ou un avortement provoqué, l’intervalle devrait être de 6 mois au moins avant la prochaine grossesse pour réduire les risques pour la santé maternelle et périnatale. De la même façon, des naissances trop espacées (plus de cinq ans) provoquent chez la mère des grossesses à risque et un accouchement prématuré.

Saviez-vous que l’allaitement maternel exclusif protège les femmes d’une grossesse pendant une période de six mois : c’est la MAMA, la méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée.

Outre les risques encourus par la mère et le bébé, attendre avant d’agrandir la famille permet aux parents de souffler et refaire le plein d’énergie. L’aîné pourra encore profiter de l’attention de ses parents : les trois premières années sont extrêmement importantes pour le développement affectif de l’enfant. Et il lui sera plus facile d’accepter l’arrivée d’un nouveau bébé après plus de temps.

3- Percer le secret du cycle ou cibler la période fertile

Vous êtes maintenant prête à passer à l’action! Et les chances de tomber enceinte dépendent du cycle féminin, qui commence le premier jour des règles. Plusieurs méthodes existent pour déterminer le moment opportun. L’une d’elles, la méthode sympto-thermique (MST), se base sur la connaissance du cycle. Elle permet de cibler les meilleurs moments pour avoir des rapports sexuels. En suivant la MST ou méthode Seréna, on apprend à reconnaître les signes de fertilité.

Trois signes sont révélés par le corps de la femme. Il suffit de savoir les observer. L’aspect de la glaire cervicale et la position du col de l’utérus qui changent tout au long du cycle constituent un indice pour prédire l’ovulation. La température vient confirmer ce que l’on a observé : une montée de température signifie que l’ovulation s’est produite. Il est alors pratiquement trop tard pour planifier une grossesse durant ce cycle, car l’ovule ne vit en moyenne que de huit à 12 heures, voire 24 heures. Le spermatozoïde, lui, a une durée de vie variant de quelques heures à six jours! C’est pourquoi les relations sexuelles doivent avoir lieu pendant que les signes de fertilité sont à leur maximum. Et même s’il n’y a pas eu de rapport sexuel le jour même de l’ovulation, mais quelques jours avant, les chances de concevoir sont tout de même très bonnes.

La MST est d’autant plus efficace pour concevoir lorsque la femme a un cycle irrégulier. La durée du cycle est alors variable et la femme n’ovule pas au même moment. En observant les signes au jour le jour, il est alors plus facile de prédire l’ovulation et donc le moment idéal pour vous laisser aller à vos ébats.

Mais le passage de la cigogne n’est pas qu’une question de statistiques et de probabilités, de calculs et de prévisions. Le hasard et la nature font parfois bien les choses et pour sûr, plus vous faites l’amour, plus vous aurez de chances d’attendre un heureux événement. Il faut donc user de patience et surtout laisser place au plaisir et à la spontanéité!

Retour en haut