Voir tous les articles

La ménopause : ses mythes et ses réalités

Rate this item
(0 votes)

Médicalement, une femme est en ménopause lorsque les menstruations ont cessé complètement depuis douze mois. Cependant, certains symptômes peuvent se manifester pendant un certain nombre de mois avant (préménopause) : changements dans la durée du cycle, types de saignements auxquels peuvent s'ajouter des pertes intermenstruelles.

Actuellement, les menstruations cessent en moyenne entre 40 et 55 ans, l'âge moyen se situant aux environs de 51 ans. Vers l'âge de 55 ans, on estime que 90 % à 95 % des femmes sont ménopausées. L'âge de la première menstruation aurait peu d'impact sur l'âge de venue de la ménopause, par contre, l'âge de la mère peut-être une bonne piste.

Le tabagisme a une influence certaine: les fumeuses peuvent commencer leur ménopause jusqu'à deux ans plus tôt que les non-fumeuses. Dans certains cas, l'hystérectomie et la ligature des trompes semblent aussi faire avancer l'âge de la ménopause, tout comme un certain nombre de maladies sévères ou d'infections chroniques.

Pour apprivoiser cette nouvelle étape de notre vie, sortons les mythes de leurs mites !

La ménopause met fin à la capacité reproductrice de la femme. Associer expressément la ménopause à l'heure de l'abstinence, comme à la perte de la libido, c'est une lamentable erreur. Une fois la ménopause installée, les capacités sexuelles de la femme sont, dans la majorité des cas, bien présentes. Les spécialistes s'accordent d'ailleurs pour dire que la capacité sexuelle de la femme décline beaucoup plus lentement que celle de l'homme. “Ménopause ou pas, on est toujours femme à 100 % de la tête aux pieds, du corps au coeur”.

Plus émotive, peut-être. Le mitan de la vie correspond souvent à un chambardement important dans la vie d'une femme : les enfants quittent la maison, perte d'amies proches, changement d'emploi. Pour s'adapter à cette nouvelle réalité, il faut souvent sortir des sentiers battus et la charge émotive devient parfois plus grande. Ne devrions-nous pas nous y préparer plus tôt ?

Tant il est vrai que certains problèmes, apparaissant à la ménopause (b et c), n'ont aucun rapport direct avec elle, mais ont pu être aggravés par celle-ci.

Les manifestations spécifiques majeures, reconnues médicalement comme étant directement reliées aux fluctuations hormonales, sont : l'arrêt des menstruations, les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes ; l'amincissement (mineur ou majeur, selon les personnes et selon le mode de vie) des muqueuses génito-urinaires. (...)

Approches médicamenteuses : pour soulager les bouffées de chaleur qui affectent grandement le mode de fonctionnement d'une femme, les médecins prescrivent généralement des oestrogènes sous différentes formes. [...]

Le second médicament, prescrit à celles qui ne peuvent pas prendre d'hormones, est habituellement la clonidine connue sous le nom commercial de DixaritR. Parmi les effets secondaires de ce médicament, même pris à faible dose, on mentionne particulièrement une sécheresse des muqueuses du nez, de la bouche et des yeux, de la constipation, des maux de tête. Il est recommandé de réévaluer les effets de la médication après trois à six mois. Pour celles qui ne peuvent prendre le DixaritR, des tranquillisants  sont souvent proposés.

Approches alternatives : les bouffées de chaleur occupent une place de choix en périménopause, même si on estime que seulement 20 % des femmes nord-américaines se jugent suffisamment incommodées pour demander un support médical.

- Se rafraîchir : passer son visage sous l'eau froide; garder toujours à sa portée un thermos ou un pichet d'eau fraîche; sucer un cube de glace, rafraîchir sa maison à l'aide d'un climatiseur ou d'un ventilateur. Prendre des douches froides et boire beaucoup d'eau. Porter des vêtements confortables en fibres naturelles.

- Bien s'alimenter : repenser son alimentation pour avoir une diète équilibrée, variée et modérée. Éviter tout régime draconien, plus particulièrement dans la première année d'installation de la ménopause.

- Essayer de rester calme : éviter les excitants que sont le café, le thé, les colas, l'alcool et apprendre à maîtriser le stress quotidien. Dans ce contexte, une activité physique régulière (marche rapide, par exemple) est un calmant naturel.

- La vitamine E : en petites doses (200-400 U.I.), car à plus fortes doses, la vitamine E peut être toxique. À éviter en cas d'hypertension, de diabète ou de rhumatisme.

- Le ginseng : pris en association avec la vitamine E, il a un effet synergique, ce qui veut dire que leur effet combiné est supérieur à leur puissance individuelle. En cas d'asthme ou d'emphysème, le ginseng est à éviter.

- Les plantes : telles le mélilot, le cyprès ou l'aubépine sous forme d'infusion ou de décoction. L'huile d'onagre (2-8 capsules par jour) est aussi recommandée pour soulager les bouffées de chaleur.

- L'acupuncture : On estime qu'environ 10 à 15 % des femmes bénéficient d'une “ménopause-cadeau”, ne remarquant rien ou à peine, et que d'autre part, 20 % des femmes expérimentent, elles, une ménopause beaucoup plus turbulente et souffrent de troubles sévères. Tout de même, il y en a une majorité, bien que vivant un certain désarroi devant l'inconnu ou le malconnu, qui réussit à s'adapter relativement bien à ce nouveau statut de femme ménopausée.

Conclusion:

Il est temps de rejeter pour toujours le stéréotype de la femme ménopausée, “vieille, irritable, et déprimée”. Nous voulons le remplacer par l'image de toutes ces femmes mûres, vivantes et dynamiques qui témoignent d'un véritable plaisir à se réapprendre et à s'estimer, à s'affirmer et à se reconnaître le droit de s'occuper d'elles, comme elles ont si bien su s'occuper des autres...

Le droit d'être aimées et appréciées pour ce qu'elles sont et pas uniquement pour ce qu'elles font ou pour ce qu'elles donnent. Prêtes pour cette nouvelle époque de la vie, riche de ses joies, de ses problèmes, de ses beaux défis, à nulle autre pareille. “Vive la ménopause”.


Références

La ménopause mieux comprise, mieux vécue, Proulx-Sammut, Lucette, éditions Edimag, 1992.

Bien vivre sa ménopause, Gendron, Lionel, les Éditions de l'Homme, 1981.

La ménopause: un processus naturel, McKinnen Doam, Helen, Les Éditions La Presse, 1988.

Le comité santé avec la collaboration spéciale de: Johane Verdier (présidente, RÉALISER, cabinet conseil en ressourcement humain) et Louise Marie Thibault (présidente, Association des infirmières et infirmiers en santé du travail du Québec Inc.).

1 Comment

  • Comment Link vigier Wednesday, 14 August 2013 15:26 posted by vigier

    Je viens d'avoir 41 ans, je suis en préménaupose depuis octobre 2012, mon gynécoloque m'a prescrit depuis 5 mois des gélules progesterone et gel oestrogel 1 fois sur 2 .J'ai eu un arret de regles d'octobre a Janvier 2013,reglé ensuite le 4 avril,le 9juin le 30juillet.Je desire avoir un enfant y a t'il des chances de tomber enceinte ?avant la ménaupose définitive?

Leave a comment

Assurez vous de fournir l'information requise (*) là où indiqué.

 
Création du site Web Web Design Montreal