Voir tous les articles

Fertilité : Quand les cosmétiques s'en mêlent

Rate this item
(0 votes)

Trois mille ans avant Jésus-Christ, les Égyptiennes utilisaient du khôl, un minerai de plomb pour maquiller leurs yeux. Dans l’Antiquité, les Grecques se poudraient à la céruse, un pigment blanc à base de plomb qui sera largement utilisé jusqu’en 1915. Les femmes se maquillaient avec les produits de l'époque, essentiellement faits de produits toxiques comme les métaux, qui détruisent l'apparence de la peau et provoquent un vieillissement prématuré de cette dernière. De nombreuses femmes sont ainsi mortes intoxiquées. 1

De nos jours, avec l’avancée scientifique et la réglementation, nos produits cosmétiques sont strictement contrôlés. Nous ne courons donc aucun risque ? Pas si sûr…

L’étude Not so sexy réalisée par le Environmental Working Group faite sur 17 parfums des plus utilisés aux États-Unis a montré qu’en moyenne, 29 produits chimiques sont annotés sur l’étiquette d’un parfum, 14 sont tenus secrets (non étiquetés), 10 sont des allergènes, 4 sont des perturbateurs hormonaux et 12 sont des produits chimiques qui n’ont pas été testés.2

La présence de perturbateurs hormonaux et de substances allergènes dans un parfum est à des doses infimes. De plus, quotidiennement, nous n’utilisons qu’une toute petite quantité de parfum. Rien d’inquiétant. Sauf qu’à côté du parfum, il y a le gel douche, la lotion hydratante, le shampoing, le maquillage, le dentifrice… En moyenne aux États-Unis, une femme utilise 12 produits de cosmétiques par jour, soit une centaine de produits chimiques différents. Une étude américaine de septembre 2008 a révélé que les adolescentes de toutes régions étaient contaminées par les produits chimiques appartenant aux cosmétiques. Les adolescentes en utilisent en moyenne 5 de plus que leur mère. Les dangers pour les jeunes filles sont d’autant plus grands qu’elles sont en plein développement, notamment quant à la maturation de leur système reproducteur.

Au Canada, la règlementation interdit 500 substances pour la fabrication de cosmétiques contre 1 300 en Europe qui, en février 2011, en a ajouté 6 de plus.3

Effets des perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont des substances nocives qui entrent dans le corps où ils peuvent causer des problèmes de santé en déréglant l’action des hormones. Les perturbateurs endocriniens suscitent une grande inquiétude chez les scientifiques. Le système hormonal est un équilibre fragile qui régit notamment le développement et le fonctionnement des glandes sexuelles et la fertilité. Les hormones ponctuent naturellement les différentes étapes de la vie, entraînant des changements physiques autant que psychologiques.1 Une quantité même infime de perturbateurs endocriniens suffit à modifier les actions des hormones et affecter la fertilité ou le développement des organes génitaux des fœtus. Même chez les adultes, l’absorption répétée de quantités minimes de substances toxiques qu’on appelle persistantes cause une accumulation porteuse de dommages. En effet, l’organisme humain n’est pas équipé pour les désintégrer, comme il l’est pour l’air et la nourriture, qu’il transforme selon ses besoins.4

Comment se protéger ?

Il faut surtout éviter les familles de produits de type :

- Phtalates : présents dans les savons, les vernis à ongles, les fixateurs pour les cheveux, les désodorisants, les shampoings, les laits pour le corps et les crèmes. De plus ils sont utilisés pour faire persister les odeurs dans les parfums et produits parfumés.

- Cinnamate : présent dans tous types de cosmétiques.

- Benzophénone : utilisé dans les crèmes et autres produits ayant un facteur de protection solaire, crèmes antirides, lotions hydratantes, baumes pour les lèvres.3

Ainsi que les produits chimiques suivants:

- BHA (Butylhydroxyanisole) : désodorisants, baumes pour les lèvres, crèmes et lotions pour le corps, ombres à paupières.

- Parabènes : hydratants pour le visage, produits de maquillage pour les yeux et presque tous les produits cosmétiques.

- Résorcinol : colorants pour les cheveux, nettoyants pour le visage, shampoings et lotions.

- Triclosan : produit antimicrobien présent dans des savons, dentifrices, lotions hydratantes, crèmes à raser, désodorisants, douches vaginales, rinces-bouche, serviettes de nettoyage démaquillantes, certains produits pour l’acné.1

Le problème, en plus de réussir à retenir ces noms chimiques, est que, au Canada, les fabricants ne sont pas obligés de préciser la composition de tous les produits utilisés pour la production de leur cosmétique et les étiquetages sont souvent minimalistes. Vous pouvez télécharger le petit guide « Just Beautiful » produit par le groupe Environmental Defence.5 En cas de doute, pourquoi ne pas vous tourner vers les produits naturels? On trouve de plus en plus de production artisanale de savons, efficaces pour les cheveux et la peau, de crèmes hydratantes à base d’huiles végétales et de cire d’abeille, d’huiles essentielles dont il suffit d’une goutte pour parfumer. Informez-vous. Des solutions alternatives existent, pourquoi ne pas les essayer ?

Références :

1 Parent, L. et Réseau des Femmes en Environnement. 2009. Sabotage hormonal : Comment des produits d’usage courant nuisent à notre santé.

2 Campaign for Safe Cosmetics and Environnemental Working Group. Mai 2010. Not So Sexy.

3 Radio Canada. Février 2011. La Facture. Épisode 22. Saison 2010. Parfums toxiques?

4 Défense environnementale. Juin 2006. Rapport sur la pollution chez les familles canadiennes.

5 Environmental Defence. http://environmentaldefence.ca/reports/just-beautiful-personal-care-products-pocket-shopping-guide.
Consulté le 15 mars 2011.

Marie-Hélène Viau

Marie-Hélène Viau

Agente de communication

Leave a comment

Assurez vous de fournir l'information requise (*) là où indiqué.

 
Création du site Web Web Design Montreal