Found

The document has moved here.


Apache/2.2.3 (CentOS) Server at eq2village.org Port 80
Nouvelles archivées
Nouvelles archivées
Vendredi, 15 Septembre 2017 15:54

Atelier MST Québec

Publié dans Serena
Vendredi, 08 Septembre 2017 18:22

Pétition importante à signer


Pour une information fiable sur l’efficacité contraceptive


FACTS est un  regroupement de médecins, chercheurs et autres professionnel.le.s de la santé qui travaillent à faire connaître et reconnaître les fondements scientifiques des méthodes de con(tra)ception basées sur la connaissance de la fertilité naturelle (Fertility Awareness Methods)… comme la méthode symptothermique!

Basé aux États-Unis, FACTS demande à l’agence américaine de protection de la santé, le CDC (Centers for Disease Control and Prevention), de se mettre à jour sur l’efficacité des méthodes modernes comme la méthode symptothermique, afin de fournir aux femmes et aux professionnel.le.s de la santé des informations actualisées et précises.

Source d’information pour les organisations médicales, le CDC présente en effet les méthodes basées sur la connaissance de la fertilité naturelle comme « les moins fiables » en contraception avec un risque de 24%... en les considérant comme un tout, sans les distinguer (ex. méthode du calendrier avec méthode symptothermique) et à partir de la malheureuse partialité des sondages rétrospectifs.

La conséquence est ressentie jusqu’au Québec... Malheureusement, dans l’éventail de choix pour les femmes, peu de médecins ou autres professionnel.le.s de la santé vont présenter, et encore moins recommander, des méthodes qui, pourtant, pourraient en intéresser plusieurs en raison notamment de l’absence d’effets secondaires.

Pourtant, les données scientifiques les plus récentes* pour la méthode symptothermique, considérée seule, donnent un risque de grossesse non planifiée de 0,4% en usage correct et de 1,6% en usage courant, soit des taux comparables à ceux des méthodes de contraception hormonale populaires.

Si, comme nous, vous croyez que l'information juste est la clé pour aider les femmes à faire leurs propres choix éclairés sur les méthodes de contraception, nous vous invitons à signer cette pétition.


*Sources :

- Trussell J. Contraceptive Efficacy. In Hatcher RA, Trussell J, Nelson AL, Cates W, Kowal D, Policar M. Contraceptive Techology: Twentieth Revised Edition. New York NY: Ardent Media, 2011.

- Manhart MD, Duane M, Lind A, et al. Fertility awareness-based methods of family planning: a review of effectiveness for avoiding pregnancy using SORT. Osteopathic Fam Physician. 2013;5(1):2–8.

- Frank-Herrmann,P., Heil,J., Gnoth,C. et al (2007) The effectiveness of a fertility awareness based method to avoid pregnancy in relation to a couple's sexual behavior during the fertile time: a prospective longitudinal study. Hum.Reprod., 22, 1310-1319.




Publié dans Serena
Mercredi, 30 Août 2017 13:56

Atelier MST Montréal

Publié dans Serena

Dans le cadre du festival YoniFest 2017, Seréna Québec donnera une conférence sur le retour de la fertilité après une naissance. Les conférencières sont Mélina Castonguay, sage-femme de formation et formatrice bénévole accréditée chez Seréna Québec ainsi que Marie-Hélène Pinto, coordonatrice chez Seréna Québec et accompagnante à la naissance.

Publié dans Serena
Vendredi, 16 Juin 2017 14:23

Journées fériées et vacances 2017

Publié dans Serena

Désir d'enfant

Faire sa courbe de température : un indispensable pour féconder?

24 avril 2017

http://www.mamanpourlavie.com/desir-enfant/fertilite-et-infertilite/14661-faire-sa-courbe-de-temperature-un-indispensable-pour-feconder.thtml


La fertilité, c'est beaucoup plus complexe qu’une simple courbe de température. Cependant, lorsqu’elle est jumelée à d’autres observations, la courbe de température peut s’avérer fort utile lorsque vient le temps de concevoir.

Pourquoi faire sa courbe de température?

Faire sa courbe de température basale (température du corps au repos) permet de confirmer que l’ovulation a eu lieu lors d’un cycle. C’est la seule information qu’elle donne. Celle-ci est donc insuffisante pour repérer le moment précis de l’ovulation et pour savoir quels jours sont les plus propices pour avoir des relations sexuelles. « La courbe de température, c’est deux plateaux. On parle d’un plateau de températures basses en début de cycle et d’un plateau de températures hautes qui termine le cycle » explique Marie-Hélène Viau, directrice de Seréna Québec.

Cette dernière mentionne qu’une partie des femmes pense que le premier point de température haute est le jour de l’ovulation, alors que l’autre partie pense que l’ovulation a lieu le dernier jour du plateau de températures basses. Cela n’est pas nécessairement le cas. « Il y a une obsession de l’ovulation alors que, lorsqu’on veut concevoir, ce n’est pas ça qui est important, ce n’est pas ça qu’on devrait chercher. »

Savoir qu’on ovule en faisant sa courbe de température, oui, mais pour réussir à concevoir, il faut aussi et surtout réussir à déterminer tous les jours fertiles d’un cycle.

Bon à savoir

Pour être en mesure de faire une interprétation juste des différentes observations, mieux vaut une formation avec des professionnels plutôt que de simples lectures et visionnement sur Internet.

Le docteur Pierre Miron, fondateur et président du centre de procréation assistée Fertilys, affirme lui aussi que la courbe de température ne permet pas de déterminer le moment de l’ovulation. Il considère cependant que c’est une bonne idée de la prendre malgré tout, surtout au début. « On peut la faire pour se rassurer. C’est aussi un bon point de départ pour les discussions avec le médecin, lors de rencontres en fertilité. »

Comment faire?

Afin de savoir si l’ovulation s’en vient et quels sont les premiers jours de fertilité, il faut, en plus de prendre la température basale, observer la glaire cervicale (sécrétions vaginales) et le col de l’utérus.

« Dès le premier jour de fertilité, on devrait commencer à avoir nos relations sexuelles. Si on cherche juste l’ovulation, on perd les premiers jours fertiles, donc on se donne moins de chance. En observant l’ensemble des signes (température, glaire cervicale et col de l’utérus), on est en mesure d’identifier tous les jours fertiles du cycle, ce qui nous permet d’avoir une fréquence de relations sexuelles qui est beaucoup plus optimale », soutient Mme Viau.

La température basale se prend le matin, idéalement toujours à la même heure. Le corps doit préalablement avoir eu au minimum un bon deux heures de sommeil profond. « On recommande de laisser le thermomètre sur la table de chevet et de développer le réflexe de tendre le bras vers la table de chevet, en bougeant le moins possible », précise Marie-Hélène Viau. La voie vaginale est à privilégier, car la voie buccale est moins précise.

Observation du col

L’observation de la glaire cervicale, quant à elle, se fait tout au long de la journée. Lorsqu’on va à la toilette, avec un bout de papier ou un doigt, on va chercher la sécrétion à la vulve et on observe son apparence. Est-ce collant? Est-ce que ça s’étire? Est-ce que ça ressemble à un blanc d’œuf?

De plus, une attention particulière doit être portée aux sensations : est-ce qu’on a une sensation d’humidité qu’on n’avait pas la veille?

Finalement, l’autopalpation du col de l’utérus (qu’on fait le soir) va venir confirmer nos observations de la journée. En insérant un doigt ou deux dans le vagin, on sera en mesure de suivre les variations du col de l’utérus tout au long du cycle.

Ces trois observations permettent de savoir exactement où on est dans le cycle, d’identifier le premier et le dernier jour fertile, ou d’identifier des anomalies dans le cycle. « On peut même réussir à identifier les jours les plus fertiles à l’intérieur de la période de fertilité » soutient l'experte.

Le bon thermomètre, l’outil indispensable

Pour prendre sa température basale, il faut un thermomètre basal. « Il faut que ça soit écrit sur la boîte » précise Marie-Hélène Viau. Ce thermomètre, qui a deux décimal après la virgule, est beaucoup plus précis qu’un thermomètre pour la fièvre.

Facteurs qui influencent la température basale

  • Excès d’alcool la veille
  • Fièvre (grippe, etc.)
Par Julie Chaumont
Publié dans Serena
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »
Page 1 sur 5
 
Création du site Web Web Design Montreal