Found

The document has moved here.


Apache/2.2.3 (CentOS) Server at eq2village.org Port 80
Serena
Erreur
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 123
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 70
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 130
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 129

Comme on le sait, le domaine de la sexualité a connu des transformations en profondeur dans notre histoire récente. Les apports techniques en furent une des causes majeures il y a quelques décennies, avec l'arrivée massive des différents moyens de contraception. La révolution sexuelle, comme on l’a appelée, a changé les mœurs en matière de sexualité et a ouvert le chemin à toutes sortes de phénomènes, bons et moins bons. Parmi ceux-ci on dénote une tendance qu’il est maintenant convenu d’appeler l’«hyper-médicalisation de la sexualité».

Le texte suivant est une version légèrement abrégée de la conférence que la docteure Parenteau a livrée à la Foire Écosphère le 1er octobre 2006.

DIMINUTION DE LA FERTILITÉ DES COUPLES

On rencontre de plus en plus de couples qui sont déçus de ne pas réussir immédiatement une grossesse dès le moment où ils désirent un enfant. Souvent l’examen médical ne trouve aucune cause précise et identifiable. On recourt de plus en plus fréquemment à la reproduction assistée. Si la première tentative de conception se produit tard, les chances de succès sont moindres. Est-ce l’âge en lui-même, ou est-ce que toutes sortes d’obstacles se sont accumulés avec les années ?

Mardi, 23 Août 2011 15:03

Fausse-couche, pourquoi moi?

Écrit par Marie-Hélène Viau

Suite à une fausse-couche, beaucoup de femmes se sentent coupables. Pourtant, cet événement pénible est souvent dû à un processus naturel du rejet de l’embryon non viable. Il faut savoir que 15 % des grossesses reconnues se terminent par une fausse-couche, encore appelée avortement spontané. Et ce chiffre ne prend pas en considération les grossesses non diagnostiquées, interrompues au cours du cycle menstruel.

Une seule question tourmente les femmes qui ont vécu une fausse-couche : POURQUOI MOI??? Essayons de comprendre les principaux facteurs de causalité, même si pour la moitié des cas le facteur entrainant la fausse-couche est inconnu.

L’été est enfin là! Comme chaque année, les magazines et autres médias nous assaillent du tout dernier régime promettant de perdre plusieurs livres en peu de temps. Vous êtes tentée?

La machine du culte de la minceur est lancée. Nous subissons les regards des autres sur notre corps et restons critiques face à nos formes. Cette chasse à la graisse est-elle vraiment légitime? La graisse n’est-elle pas importante pour notre santé?

Vous venez d’avoir un bébé. Vous êtes aux anges, vous l’adorez, vous rêvez déjà de l’avenir de cette belle famille qui s’agrandit. Cependant, vous n’êtes pas prête à continuer de l’agrandir tout de suite! Vous devez donc penser à la contraception… Mais quelle méthode choisir?

Parmi tous les moyens de contraception disponibles, certains sont compatibles avec l’allaitement et d’autres sont déconseillés. Il faut donc se poser plusieurs questions avant de choisir une méthode. Allaitez-vous? Quelle efficacité recherchez-vous? Avez-vous des incompatibilités avec certaines méthodes (allergie au latex, effets secondaires avec les méthodes hormonales)? Quelles sont vos valeurs face aux différentes méthodes proposées? Et bien d’autres questions encore…

Le texte suivant est une version légèrement abrégée de la conférence que la docteure Parenteau a livrée à la Foire Écosphère le 1er octobre 2006.

DIMINUTION DE LA FERTILITÉ DES COUPLES

On rencontre de plus en plus de couples qui sont déçus de ne pas réussir immédiatement une grossesse dès le moment où ils désirent un enfant. Souvent l’examen médical ne trouve aucune cause précise et identifiable. On recourt de plus en plus fréquemment à la reproduction assistée. Si la première tentative de conception se produit tard, les chances de succès sont moindres. Est-ce l’âge en lui-même, ou est-ce que toutes sortes d’obstacles se sont accumulés avec les années ?

Le corps humain me fascine et m'a toujours impressionnée. Il est caractérisé par une certaine fragilité, mais aussi par une grande force. Depuis que j'observe mon cycle féminin, à l'aide de la méthode sympto-thermique, je prends conscience de la richesse et de la complexité de mon corps de femme.

Tout est mis en place dans notre corps pour assurer notre survie en tant qu'être humain.

Vous venez d’avoir un bébé. Vous êtes aux anges, vous l’adorez, vous rêvez déjà de l’avenir de cette belle famille qui s’agrandit. Cependant, vous n’êtes pas prête à continuer de l’agrandir tout de suite! Vous devez donc penser à la contraception… Mais quelle méthode choisir?

Parmi tous les moyens de contraception disponibles, certains sont compatibles avec l’allaitement et d’autres sont déconseillés. Il faut donc se poser plusieurs questions avant de choisir une méthode. Allaitez-vous? Quelle efficacité recherchez-vous? Avez-vous des incompatibilités avec certaines méthodes (allergie au latex, effets secondaires avec les méthodes hormonales)? Quelles sont vos valeurs face aux différentes méthodes proposées? Et bien d’autres questions encore…

Le corps humain me fascine et m'a toujours impressionnée. Il est caractérisé par une certaine fragilité, mais aussi par une grande force. Depuis que j'observe mon cycle féminin, à l'aide de la méthode sympto-thermique, je prends conscience de la richesse et de la complexité de mon corps de femme.

Tout est mis en place dans notre corps pour assurer notre survie en tant qu'être humain.

Il y a quelques années, j'ai eu l'occasion de découvrir l'organisme Seréna Québec en y devenant stagiaire en sexologie. À ce moment, j'étais loin de me douter des répercussions que ce stage aurait dans ma vie.

Depuis un bon moment déjà, je m'interrogeais sur ma contraception. J'utilisais la pilule contraceptive depuis environ huit ans et je commençais à en avoir assez. On m'avait pres­crit la pilule au début de mon adolescence parce que j'avais des cycles très irréguliers, courts et des menstruations très longues. Je me souviens qu'à cette époque, je ne m'étais pas vraiment questionnée. Je l'avais prise parce que l'on me l'avait prescrite. Par la suite, j'ai été en couple pendant plusieurs années et les contraceptifs oraux étaient, selon moi, la meilleure solution. Par contre, plus les années passaient, moins j'étais à l'aise avec mon choix.

Page 8 sur 11
 
Création du site Web Web Design Montreal