Found

The document has moved here.


Apache/2.2.3 (CentOS) Server at eq2village.org Port 80
Serena
Erreur
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 70
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 130
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 129
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 111

Il y a quelques années, j'ai eu l'occasion de découvrir l'organisme Seréna Québec en y devenant stagiaire en sexologie. À ce moment, j'étais loin de me douter des répercussions que ce stage aurait dans ma vie.

Depuis un bon moment déjà, je m'interrogeais sur ma contraception. J'utilisais la pilule contraceptive depuis environ huit ans et je commençais à en avoir assez. On m'avait pres­crit la pilule au début de mon adolescence parce que j'avais des cycles très irréguliers, courts et des menstruations très longues. Je me souviens qu'à cette époque, je ne m'étais pas vraiment questionnée. Je l'avais prise parce que l'on me l'avait prescrite. Par la suite, j'ai été en couple pendant plusieurs années et les contraceptifs oraux étaient, selon moi, la meilleure solution. Par contre, plus les années passaient, moins j'étais à l'aise avec mon choix.

Rose ou bleu?

Écrit par

Depuis un demi-siècle, l'organisme Seréna conseille les couples pour les aider à mieux gérer leur fertilité et, s'ils le désirent, augmenter les chances de grossesse. Il arrive que certains couples souhaitent connaître la recette pour concevoir un garçon ou une fille. En 50 ans de service, ce mystère n'est toujours pas élucidé...

Après avoir consulté bon nombre d'articles de maternité, lu les écrits de gynécologues et interrogé les grand-mères, voici un tour d'horizon des mythes populaires et des avancées de la science à ce sujet.

Le désir de faire un enfant peut être en parfaite symbiose de celui de notre conjoint… Mais d’autres fois, il y a un décalage. Et si on en discutait franchement?

Suite à la lecture de l’article paru dans La Presse du lundi 19 octobre 2009, Pourquoi, déjà, a-t-on des enfants? de Marie-Claude Lortie, une phrase a retenu notre attention : « Vouloir un enfant, c’est vouloir être ». Nous nous sommes ensuite questionnées si, au contraire, le fait de ne pas avoir d’enfant nous empêche d’être? Si nous ne voulons pas d’enfant, sommes-nous moins épanouis? Il arrive qu’un des partenaires du couple ait un désir plus fort que l’autre d’avoir un enfant. Cette situation peut créer un climat de tension dans le couple, affectant ainsi celui-ci.

Chasser le SPM

Écrit par

Le syndrome prémenstruel ne touche pas les femmes de la même façon, mais celles qui en sont affectées grandement voient leur quotidien bouleversé. Voici quelques conseils de Seréna.

Avant l’arrivée de mes menstruations, il est fréquent que je sois irritable, que j’aie des changements d’humeur soudains ou encore que j’aie un gonflement au bas-ventre. Lorsque ce moment arrive, mon entourage est vite au courant et il s’amuse à me dire « que je vais avoir mes menstruations bientôt ». Il a totalement raison, mais je suis trop irritable pour lui avouer, je m’entête à lui dire que mes sauts d’humeur n’ont aucun lien avec mes règles qui approchent. Comme cette situation m’embête, j’ai décidé de me renseigner et de trouver des moyens pour diminuer ces symptômes, reliés au cycle menstruel.

L’infertilité affecte de nos jours 15 à 20 % des couples des pays industrialisés contre 7 à 8% des couples dans les années 60. Les problèmes liés à notre santé reproductive sont aussi en augmentation. Impliqué, depuis plus de 55 ans dans la recherche sur la fertilité, Seréna, un organisme communautaire, aide les couples et les femmes à mieux comprendre leur fertilité par l’enseignement de la méthode sympto-thermique. Seréna reçoit de plus en plus de demandes de la part de femmes qui sont surprises de ne pas devenir enceintes rapidement après l’abandon de la contraception ou qui ont des anomalies de leur cycle menstruel. Quelles sont les raisons des problèmes de santé reproductive et de la baisse de fertilité? Stress? Alimentation? Pesticides? Pollution atmosphérique?

En 2006, Greenpeace publiait un rapport sur notre santé reproductive et mettait en avant les liens de causes à effets remettant en question notre mode de vie.1

Récemment, un jeune couple utilisateur de la méthode sympto-thermique m'a écrit, car les deux partenaires éprouvaient une certaine insatisfaction à l'égard de leur vie sexuelle et de la fréquence de leurs rapports amoureux. Comme ils ne sont pas les seuls à vivre ce genre de préoccupations, j'ai cru bon vous partager ma réponse afin que vous puissiez en bénéficier aussi.

Dans une société axée sur la performance, on aime bien se comparer et surtout s'attarder à la quantité plutôt qu'à la qualité. Il arrive souvent qu'on associe la fréquence des relations sexuelles à la satisfaction sexuelle, mais cette équation n'est pas aussi simple.

La pilule vient de fêter ses 50 ans. Elle est synonyme de libération sexuelle des femmes et pour beaucoup, d'indépendance. Aujourd'hui, lorsqu'on pense à contraception, on pense presque toujours à la pilule, ce symbole de révolution sexuelle, cette arme de guerre féminine. On pourrait penser que toutes les femmes ont dans leur sac fourre-tout la plaquette de pilules, à portée de main et prête à un usage quotidien. Et pourtant, selon une publication de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (2004), seules 32% des femmes se tournent vers la pilule comme moyen de contraception! Que font les autres? Y a-t-il des alternatives?

Vendredi, 13 Juin 2014 18:43

Le cycle féminin au masculin

Écrit par SerenaQC

La contraception et la gestion de la fertilité ont longtemps été considérées comme des "affaires" réservées aux femmes. Malgré la révolution sexuelle, les programmes de planification familiale et les méthodes contraceptives sont pour la plupart encore d’abord destinés aux femmes. On présume que ce sont à elles que reviennent ces responsabilités. À croire que si les hommes pouvaient tomber enceints, la fertilité et la contraception seraient une préoccupation pour tous...

Pourtant, au-delà de la protection contre les infections sexuellement transmissibles, de plus en plus d’hommes se responsabilisent face à leur propre fertilité et s’impliquent davantage dans une collaboration avec leur partenaire.

Mercredi, 22 Juin 2011 18:10

Pourquoi fait-on des enfants?

Écrit par

Qu’est-ce qui fait qu’un jour, on décide qu’on veut un enfant? Est-ce l’instinct, la pression sociale, l’aboutissement logique d’un amour? Et si c’était la vie tout simplement?

Dans sa pratique de tous les jours auprès des couples et des femmes adeptes de la méthode sympto-thermique (méthode naturelle de planification des naissances), les bénévoles de Seréna rencontrent très souvent des couples qui désirent concevoir un enfant. Ils viennent consulter Seréna pour mettre toutes les chances de leur côté, avant de se lancer dans la grande aventure. Devenir parent, cela change une vie!

Les créateurs de jouets rivalisent d'imagination pour plaire aux fillettes. Leurs poupées ressemblent de plus en plus aux vrais bébés : elles savent aller sur le pot, fermer les yeux, pleurer, rire, faire leur rot et boire au biberon. La société espagnole Berjuan a innové avec son nouveau bébé Glotón : la poupée qui « tète » vient de naître et transforme la petite fille en une vraie petite maman. La poupée espagnole se vend accompagnée d'un gadget : L'enfant peut enfiler une camisole munie de deux tournesols en guise de seins. Dès qu'on approche la bouche du poupon près des fleurs, il se met à imiter le bruit de la succion. Après la tétée, sa maman peut lui faire faire son rot et il arrive que bébé pleure à cause des coliques. Dans ce cas, il faut lui masser le ventre ou le remettre « au sein » pour le consoler.

Page 8 sur 10
 
Création du site Web Web Design Montreal