SerenaQC

SerenaQC

La femme qui accouche possède la preuve irréfutable que son couple est fertile. Si elle a une certaine expérience de l’observation de ses signes d’ovulation, elle pourra plus facilement détecter le retour de sa fertilité.

Après la naissance de l’enfant, toutes les femmes produisent une grande quantité de prolactine, une hormone sécrétée par l’hypophyse au cerveau et qui déclenche la lactation. Le retour de la fertilité après un accouchement dépend de la reprise des activités des hormones qui stimulent les ovaires.

Pourquoi se préoccuper de gérer sa fertilité naturellement alors que des moyens simples et faciles sont largement disponibles? Il en va de chacun selon ses valeurs et aspirations, mais contrairement aux mythes répandus, les avantages d'une méthode naturelle sont nombreux… et il existe aussi des inconvénients aux moyens de contraception classiques.

Les méthodes contraceptives hormonales (pilules, injections, timbres et stérilet à progestatif) se basent sur l'intervention biochimique dans le cycle naturel du corps. Plusieurs effets secondaires leur sont souvent associés : maux de tête, nausées, sensibilité aux seins, saignements irréguliers, irritation de la peau, acné, etc. De plus, en soumettant le corps à un contrôle hormonal artificiel, c'est à long terme que des conséquences plus fâcheuses peuvent survenir. Plusieurs études ont observé que ces méthodes pouvaient affecter la fertilité chez certaines femmes, même après leur arrêt. En effet, suite à cette prise d’hormones, on observe souvent un long délai avant le retour de la fertilité (plusieurs mois, même jusqu'à deux ans dans certains cas). La prise d'hormones diminue en outre la qualité de la glaire, qui a la charge de former une sorte de sentier pour le trajet des spermatozoïdes vers l'ovule; c'est un élément très important pour qu'une relation sexuelle entraîne la fécondation. On a aussi observé que des femmes ayant cessé de prendre la pilule après quelques années avaient une glaire épaisse comme celle de femmes pré-ménopausées! De plus, la pilule prise tôt à l'adolescence peut entraver la maturation complète du système reproducteur. Aussi, ces méthodes contraceptives hormonales diminuent la production de lait lors de l'allaitement maternel et sont donc déconseillées lors de l'allaitement. Enfin, les hormones artificielles augmentent à plus long terme le risque de certains cancers (quoiqu'elles les réduisent pour les cancers de l'endomètre et des ovaires).

Les contraceptifs hormonaux ont comme objectif de perturber une série de réactions physiologiques normales du corps de la femme qui trompent le système reproducteur. Or, le corps humain n’est pas composé de parties mécaniques et de systèmes indépendants les uns des autres; l’organisme vivant est un tout holistique. Dans cette optique, il est envisageable que la prise d'hormones ait des effets sur l'ensemble de l'organisme en plus de brouiller le contact que la femme entretient avec son corps. Il est encore difficile d’évaluer pleinement tous ces effets, la plupart des études ne se concentrant que sur des aspects bien précis et facilement identifiables.

Plusieurs d'entre nous préfèrent plutôt voir le corps comme un tout composé d'éléments en constante interaction, indissociables de l'être pris dans son ensemble et de la nature qui l'entoure. De plus en plus de gens choisissent de se mettre à l'écoute de leur corps, et la méthode sympto-thermique peut être un outil très riche dans cette démarche. Le cycle féminin reflète l'état de santé général de la femme. En laissant libre cours à son déroulement et en l'observant à l’aide de la méthode sympto-thermique, il est possible de mieux se comprendre et de détecter précocement plusieurs problèmes de santé qui seraient masqués par les contraceptifs hormonaux, permettant ainsi d’agir avant que ces problèmes s’amplifient. C'est donc dire un autre avantage d’une méthode naturelle comme la méthode sympto-thermique: elle permet une responsabilisation face à sa santé reproductive et sexuelle et contribue de ce fait à une prise en charge de sa santé globale.


Seréna est un organisme canadien. D'autres organismes dans le monde font la promotion de la méthode sympto-thermique et de la méthode de la glaire. Prendre note que Seréna n'endosse pas nécessairement toutes les informations, valeurs et positions véhiculées sur ces sites Internet.

Allemagne, Angleterre et Belgique
Fédération francophone pour le planning familial
http://www.pfn.be/

   France
CLER Amour et famille
http://www.cler.net/

  Australie
Australian Council of Natural Family Planning
http://www.acnfp.com.au/

  Etats-Unis
Couple to couple league
http://www.ccli.org/

  Royaume-Uni (United Kingdom)
Fertility UK
http://www.fertilityuk.org/

  Suisse
AVIFA Amour-vie-famille
http://www.avifa.ch/

Symptotherm
http://www.symptotherm.ch/fr/index.php

Cours consultations
http://www.cyclefeminin.ch/index.php?GCID=7

Autre méthode naturelle : méthode de la glaire
Méthode Billings
Centre Billings France
http://www.methode-billings.com

Modèle Creighton
Creighton model
http://www.creightonmodel.com/


Fédérations
FÉDÉRATION AFRICAINE D'ACTION FAMILIALE
http://linkcommittee.free.fr

INSTITUT EUROPÉEN D'ÉDUCATION FAMILIALE
http://www.eifle.org/


Durée d’une grossesse

La durée moyenne d’une grossesse, 280 jours, est habituellement calculée à partir du premier jour de la dernière menstruation et suppose que la femme a ovulé 14 jours plus tard, ce qui n’est pas toujours le cas. Le calcul est plus précis s’il est effectué à partir de la date de conception. Dans ce cas, il faut ajouter 266 jours à la date probable de la conception.

Vendredi, 07 Janvier 2011 21:33

Qu’est-ce que la methode sympto-thermique?

La méthode sympto-thermique est une méthode de planification naturelle des naissances qui consiste à repérer les jours fertiles et les jours infertiles du cycle féminin. Elle est efficace, écologique, économique, fondée sur la coopération du couple et appuyée scientifiquement.

L’utilisation de cette méthode demande d’observer et de noter quotidiennement, sur un graphique, les signes de fertilité féminine (la température matinale, les caractéristiques de la glaire cervicale et celles du col de l’utérus). Ces observations permettent ensuite l’identification des trois phases du cycle : infertilité relative, fertilité probable et infertilité certaine.

En apprenant à repérer chacune des trois phases du cycle, le couple choisit alors d’avoir ou non des rapports sexuels pendant la période fertile, selon son désir d’éviter ou de favoriser une grossesse.

L’interprétation des graphiques permet de :

  • Déterminer la période de l’ovulation
  • Identifier les périodes d’infertilité naturelle
  • Prédire le début des menstruations
  • Découvrir les irrégularités du cycle
  • Détecter les causes possibles d’infertilité
  • Observer le retour des cycles ovulatoires après l’utilisation de contraceptifs hormonaux, après l’accouchement et pendant l’allaitement
  • Confirmer une grossesse à ses débuts
  • Reconnaître les premiers symptômes de la préménopause
  • Suivre l'évolution des cycles tout au long de la préménopause, même lorsque ces cycles deviennent très longs

La méthode sympto-thermique peut être utilisée tout au long de la vie reproductive de la femme, incluant les situations d’allaitement et de préménopause.

Son apprentissage procure aux utilisateurs une connaissance plus complète de leur propre corps, une confiance en soi et une grande autonomie dans la gestion de leur fertilité.

Note : La méthode sympto-thermique ne protège pas contre les maladies transmises sexuellement.

Page 9 sur 9
 
Création du site Web Web Design Montreal